Regard croisé

Avant dernier atelier du semestre (et de l’année aussi, car nous n’aurons pas d’atelier au second semestre qui est consacré à notre projet littéraire). L’exercice était, comme à la fin du précédent atelier, de prendre une photo (ou garder celle de l’indin Navajo) et de parler du regard (le prof n’est pas très stricte sur les consignes, si on voulait simplement écrire un texte autour de la photo sans passer forcément par le regard, il était également satisfait).

J’ai hésité à prendre une photo de Grégory, mais je trouvais ça un peu trop personnel et je n’avais pas forcément envie que tout le monde mette un visage sur son nom. Donc j’ai plutôt choisi de rendre hommage à Pierre Bottero avec un texte pas très long (le rendu des examens ayant commencé et m’obligeant à me concentrer sur le peaufinage des dossiers).

J’avoue que j’ai écrit le texte sans m’inspirer d’une photo car le texte m’ait venu très naturellement. Il gagnerait probablement à être retravaillé mais je vous laisse le découvrir.

AVT_Pierre-Bottero_161J’ai vu une fille aux yeux violets destinée à détruire le Verrou

Je l’ai vue se battre pour un Dragon et une Dame

Je l’ai vue repousser les limites de l’Imagination

J’ai vu une femme aux longs cheveux noirs arpenter la Voie

Je l’ai vue aller plus loin que les autres marchombres

Je l’ai vue recevoir un héritage et venger celui qui l’avait guidé

J’ai vu deux adolescents se rencontrer grâce à un vieux sage

Je les ai vus tomber amoureux et se cacher loin des Familles

J’ai vu leur enfant mettre un terme à la fin du monde

J’ai vu des enfants devenir les héros d’une aventure

J’ai vu des enfants se battre contre des maladies

J’ai vu des enfants réaliser leurs vœux

J’ai vu des pages blanches se noircir

J’ai vu des feuillets s’empiler sur mon bureau

J’ai vu mes livres être publiés

J’ai vu des personnes attendre pendant des heures pour avoir une dédicace

J’ai vu des personnes échafauder des théories sur mes univers

J’ai vu ma femme et mes deux filles être fières de moi

J’ai vu le bitume qui défilait sous mes roues

J’ai vu la chute au ralenti et la route qui n’attendait que de me recevoir

J’ai vu les lumières de l’ambulance venue me porter secours

Et puis, plus rien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s