Description d’un parc oublié dans une ville trop grise

la ville, grise et morne, est un coffre à trésor

qui renferme un petit bijou de végétation trop souvent ignoré

mais nous lui rendons hommage, main dans la main,

nous l’arpentons sous le couvert des feuillages émeraude et menthe

qui chantonnent le retour du printemps et jouent avec le vent

le ruisseau qui dévale son lit de cailloux lui répond de sa voix claire

et les fleurs éclosent en bouquets scintillants de rosée

les bruits de la ville sont assourdis par le tapis d’herbe qui s’étend devant nous

un écureuil file se cacher dans un arbre creux

nous appartenons nous aussi à ce paradis

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s