Egalité

Les remous des profondeurs du temps rompent le partage. L’homme se drape d’une nuit étoilée tandis que la femme déroule le tissu crémeux de la vie.

Le bonheur fait suffoquer les jaloux et siffler les vipères qui disparaissent dans les hautes prairies de l’espoir. Ils se partagent les lambeaux des illusions volées.

L’équilibre est fragile. Les rêves s’envolent, désappointés, pendant que les bras battent périlleusement le vide pour ne pas chuter dans le gouffre des promesses brisées. Le vent des mensonges les poussent vers l’écho de la douleur infinie.

Ils cherchent leur chemin dans un labyrinthe de terreur, ils heurtent les murs de vanité brûlante, ils creusent le sol des triomphes empoisonnés. Quête sans issue dressée dans l’ombre de la défaite, ils se perdent dans leur envie de dominer leur destin.

Et tous se noient dans l’immensité du combat à venir.

Je meurs, tu pleures.

Tu ris, je revis.

L’égalité de nos sentiments est une barrière qui refuse la violence du monde extérieur, une bulle qui isole de l’impitoyable réalité, un foyer qui protège les émotions sincères.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s