Liste des possibles impossibles

En vérifiant le contenu de mon blog, je me suis rendue compte que j’avais oublié de poster le dernier texte écrit dans le cadre de l’atelier Ecrire au 21ème siècle. Le prof nous avait donné comme défi d’écrire sur le possible et  l’impossible. Inspirée par les fêtes de fin d’année et particulièrement les bonnes résolutions, cela a donné naissance à ma dernière production pour cet atelier.


 

En janvier, il y a les traditionnelles bonnes résolutions à prendre, une coutume qui consiste à se fixer des défis à réaliser durant l’année. En général, ça tourne autour des mêmes sujets : perdre du poids, arrêter l’alcool et/ou la cigarette, trouver l’amour, faire des économies, avoir une promotion, faire plus de sport …

Tout ça me semble assez lointain de mes désirs. Si l’on me demandait de me fixer des bonnes résolutions, je ne pourrais pas être sérieuse et pour me démarquer des souhaits banals qui sont d’ordinaire énoncés, je me donnerai des objectifs originaux et en lien avec mes capacités (ou plutôt, mes incapacités) – c’est ce que j’appellerai la liste des possibles impossibles :

– Réussir à lécher mon coude.

– Ne pas prononcer un seul mot de la journée.

– Tenir une nuit blanche sans m’endormir au petit matin ou dans la journée suivante.

– Poser un pied sur chaque continent avant 2016.

– Penser à boire un litre et demi d’eau par jour, au minimum.

Evidemment, sans forcément prendre de bonnes résolutions, j’ai des objectifs personnels que je compte bien mener à terme. Cette fois-ci, on parlera plutôt de possibles possibles parce que j’aurais l’envie de me donner les moyens pour parvenir à réaliser ces défis.

– Reproduire des bâtiments connus dans Minecraft.

– Tenir ma boîte à souvenirs heureux à jour.

– Ecrire un roman en deux mois (en me laissant les week end pour me reposer).

– Apprendre à jouer du piano et de la guitare.

– Manger de façon saine et équilibrée (au moins trois fois par semaine).

Mais pour compliquer un peu la tâche et rendre l’objectif un peu plus poétique, je pourrais aussi y glisser des défis plus corsés, mes impossibles possibles, présents pour me guider et me rassurer :

– Ramasser les rêves fissurés pour en faire le terreau des rêves à venir.

– Bâtir une maison dans l’Imagination pour pouvoir m’y ressourcer de temps en temps.

– Cueillir une larme pour en faire de la poussière d’étoile.

– Trouver la réponse du savant et la réponse du poète à chaque question que je me pose.

– Ouvrir des portes et des fenêtres à mes émotions plutôt que de les enfermer en prison.

Enfin, pour boucler la boucle, je pourrais imaginer des impossibles impossibles, des défis que je ne pourrais jamais relever. Mais puisqu’ils sont impossibles, où est l’intérêt d’en faire la liste ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s