Sensations fragmentées – Texte 2 (WS Olivier Mellano)

Contrainte : écrire sur le rien


 

Je dois écrire sur le rien mais y a rien qui vient. Le cerveau qui rame, la page blanche, le trou noir, le néant littéraire, l’infini du vide. Je dois écrire sur le rien mais justement, y a rien qui vient. Ou plutôt, y a tout.

Devant moi, une multitude de chemins. Les possibilités se multiplient devant mes yeux, mais disparaissent sans que j’aie le temps de les saisir, s’effacent avant que je puisse les comprendre, s’évaporent à peine apparues.

Manque d’inspiration ou trop plein d’idées ?

Je jette un regard derrière moi. Un assortiment de souvenirs, d’envie et de décisions clapote et bouillonne, à la fois trop près pour que je les évite et trop loin pour que je m’y baigne. Est-ce que c’est moi, tout ce désordre empêtré dans le passé ? Je détourne le regard, mal à l’aise.

Ecrire sur le rien. Il faut écrire. Il est temps d’écrire.

Fouiller dans les méandres de sa mémoire. Explorer des recoins inconnus de son âme. Remuer le fatras de sa vie. Secouer les expériences vécues pour réussir à en faire tomber des miettes insignifiantes. Ramasser ces miettes et les jeter du haut d’une falaise.

Remplir l’absence avec du vide. Démêler les vrais mensonges des fausses vérités. Combler le bruit avec du silence. Croquer des sons stridents, ceux qui crissent sous la dent. S’arracher les ongles pour recoudre ses blessures. Brûler dans un liquide poisseux.

Construire un tout à partir de rien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s